Algérie : protestation contre la charte pour la paix et la réconciliation nationale

La charte pour la paix et la réconciliation nationale a été soumise à référendum par le président Boutefika et adoptée le 29 septembre 2005. Cette loi d’amnistie comporte des articles qui ne sont pas en faveur des familles de disparus. Elle propose notamment une indemnisation aux familles de disparus contre le silence de ces dernières sur la disparition de leurs proches. Tous les 29 septembre, les familles de disparus se réunissent pour protester contre cette charte et ses textes d’application et montrer aux autorités algérienne que leur combat de vérité et de justice continu et cela malgré l’adoption de la Charte. Cette année, suite à l’appel de Sos Disparus, les familles se sont retrouvées à la Grande poste, le 29 septembre 2018. Cependant, le rassemblement a rapidement été dispersé par les forces de l’ordre qui avaient préalablement quadrillé tout le quartier avant l’arrivée des manifestants. Les familles n’ont pas eu le droit de clamer leurs revendications longtemps. Elles ont vite été repoussées et escortées par la police jusqu’au bureau de l’association.